fbpx

Reconnaître un grand vin

Cette question revient régulièrement à mes oreilles, elle a hanté certaines de mes nuits, m’a accompagné sur les routes de nombreux vignobles, m’a poursuivi dans des dîners, déjeuners, pique-nique en famille, au coin d’une cuve, d’un fût. Elle fait partie de mon quotidien depuis bientôt 20 ans.

C’est mon qui suis-je à moi ; mon verre devient un crâne que je tiens dans ma main et qui m’interroge : "suis-je un grand vin ?". Si elle me suit sans réponse, j’ai coutume de couper court lorsqu’elle est posée par d’autres et de répondre, péremptoire et polémique : un grand vin c’est un vin qui se vend plus cher que "tous" les autres, l’offre et la demande etc... j’esquive, je pars, j’escrime et laisse l’autre ou les autres partir dans des diatribes ou des « vous avez raison » et ne relance jamais.

Depuis maintenant 18 mois j’ai trouvé un compagnon de jeu, un crâne qui parle avec de la chair autour, je suis sûr qu’il se reconnaitra. Malheureusement pas sur mes terres de prédilection, ce qui limite nos échanges à d’interminables discussions téléphoniques et à quelques visites ou le temps me semble si court.

J’avais bien identifié quelques éléments de réponse à force de la voir comme une dame blanche sur le bord de ma route professionnelle, à force de rencontres : Olivier Julien d’abord lors de mes études, François Pugibet, Jean-Luc Tucoulat en 92, Eloi Dürbach, Laurent Vaillé, Thierry Broussoux, en 93, Marc Schwall, Jacques Ribourel, Faure Brac en 94, Jean-François Galhaud, Pierre Lurton, Pascal Poussevin, Tim Mondavi, Brad Alderson, fin des années 90 et bien d’autres encore et depuis.

Ces maximes ne sont pas de moi, je le reconnais volontiers, c’est un certain Robert Parker qui les a énoncées, cela me va, elles sont dans son ordre à lui :

  • Parler à la fois au palais et à l’intellect
  • Retenir l’attention du dégustateur
  • Offrir des aromes intenses et des saveurs fines, sans vulgarité
  • Porter plus de plaisir à chaque gorgée
  • S’améliorer avec l’âge
  • Afficher une personnalité singulière
  • Refléter son origine

Depuis plus de 10 ans j’essaye avec plus ou moins de succès que chacun des vins que j’offre à être bu réponde à ces critères, voulant offrir quel que soit le prix, cette rencontre qui changea ma vie : ce crâne qui me sert de verre.

A ces 7 principes capitaux j’en ajoute un 8ème qui surpasse de loin pour moi les 7 autres, l’honnêteté. Car il n’est rien de meilleur que de boire un vin honnête, fait honnêtement par un honnête Homme. 

Alors oui Robert, je peux t’appeler Robert ? ou Bob ?

Alors oui Robert, je suis d’accord avec toi mais moi dans le vin ce que je préfère c’est l’humain. 

"Je regarde la carte des vins pour éviter les bouchons."

Raymond Devos